42BOA VINDA A CANADÁ

Après la Deuxième Guerre Mondiale, les nouvelles industries attiraient vers les villes de nombreux jeunes Canadiens, loin de la ferme parentale. Dans tout le pays, les fermiers se rendaient compte qu’il leur fallait trouver des ouvriers pour continuer à faire tourner les fermes. Le gouvernement canadien reconnut qu’il y avait là un problème, et œuvra avec les gouvernements européens pour encourager l’émigration au Canada. Bien que de nombreuses nationalités fussent représentées chez les immigrants à cette époque, deux des groupes les plus importants à arriver dans la région de Sydenham River furent les Portugais et les Hollandais.

Les Portugais à Strathroy ont bien réussi dans les affaires, comme ici cette boulangerie...
Les Portugais à Strathroy ont bien réussi dans les affaires, comme ici cette boulangerie...
Dans les années 1950, le Portugal était sous la dictature d’Antonio Oliveira Salazar, qui devint premier ministre en 1932. Durant cette dictature, les Portugais connurent les restrictions de liberté ; cependant les conditions étaient particulièrement difficiles aux Açores, un groupe d’îles situées à quelque 1500 kms des côtes portugaises. Les Açores étaient peu développées et la plupart de ses habitants vivaient des produits de leur ferme. Le chômage y était très important et l’enseignement inexistant. S’élever contre ces conditions était dangereux, vu la main de fer de Salazar sur le pays. Voilà pourquoi le Canada, à la recherche de fermiers et d’employés ferroviaires, recruta activement. C'est ainsi que 65% des immigrants portugais de la région de Sydenham River proviennent des Açores.

page 1 de 3 page suivante >