11CURRIE ET LA BATAILLE DE VIMY

Après être parvenu à tenir les lignes à Ypres en 1916, Currie obtint le contrôle des Forces Canadiennes. On lui assigna la prise de l’arête de Vimy, haute de 60 mètres. Si les Forces Alliées pouvaient s’en emparer, elles surplomberaient alors bien mieux les champs de bataille environnants. C’est aux Canadiens que revint cette tâche en décembre 1916. Currie planifia l’attaque pendant 3 mois, et attaqua le 9 avril 1917.

Les soldats canadiens venaient de tous horizons; ces soldats noirs plaisantent après un retour du front.
Les soldats canadiens venaient de tous horizons; ces soldats noirs plaisantent après un retour du front.
Les Canadiens employèrent une technique appelée "barrage rampant." Dans ce type d’attaque, l’artillerie (chars et armes lourdes) continue les tirs par-dessus sa propre infanterie (les hommes qui combattent au sol), alors que les deux corps d’armée poursuivent leur avance. La synchronisation doit être parfaite, sans quoi le feu d’artillerie retombe sur sa propre infanterie. Currie avait si bien préparé ses hommes et pendant si longtemps, qu’il ne leur fallut que quelques jours pour s’emparer de la crête, avec des pertes minimes en hommes. Il légua à l’armée canadienne l’art des batailles planifiées, de la stratégie et du bon entraînement des troupes.

< page précédente page 2 de 3 page suivante >